Paysage

19.12.2011

Une des premières choses que j'ai fait lorsque je me suis attaché au plan de voie de la zone de montagne, c'est d'imaginer sa construction en deux modules facilement transportables sur lesquels il me serait plus facile de travailler et d'éviter d'être plié en deux pour réaliser le paysage. 

Grâce au cadeau d'anniversaire que ma merveilleuse femme a eu l'excellente idée de m'offrir, à savoir une petite Dremel avec son raccord souple, j'ai eu beaucoup de facilité à sectionner les plaquettes de circuit imprimé sur lequels j'avais préalablement soudé les rails.

Et hop, voilà le travail après une petite heure. 16 rails tout de même Surpris

On voit bien les différents niveaux sectionnés. J'ai, par la suite, installer des vis avec boulon papillon pour remettre ensemble les modules.

Bon, je dois quand même vous avouer quelque chose. Je me suis mis à travailler sur ce module parce que j'avais le seul aiguillage inatteignable depuis le dessus de la maquette, qui ne voulais pas basculer correctement. Il m'a donc bien fallu désolidariser le module pour le retourner et accèder à ce #%&¢@ d'aiguillage... Innocent

Avec du recul, je constate quand même que c'est drôlement plus agréable de travailler sur un module, confortablement installé. On ne le dira jamais assez.

Le module, c'est la paix des lombaires Rigolant

Avant de poser le papier qui servira de support pour le plâtre, il me faut poser les entrées de tunnels qui servent de support au papier Clin d'œil

Au vu des réalisations de mes amis du projet Gotthard, et entre autre, Philipp qui fait ses entrés de tunnel en coulant directement du plâtre sur du carton avant de tailler dedans, je me suis dis que je pouvais faire la même chose sur des chûtes de contreplaqué que j'ai en grand nombre.

Un petit coup de lavis noir sur les entrées de tunnel (je vous rassure, c'est provisoire) et me voilà posant un premier niveau de papier.

C'est encore très basique, mais ça donne une idée de la configuration finale.

C'est assez sympa de se dire que le train du rez-de-chaussé est pratiquement à l'opposé du réseau par rapport aux trains qui sont au dessus. Et que cette petite gare de Neuffen me permet de faire tourner le réseau, en os de chien ou en ovale. Y a de quoi jouer de longues heures Sourire

Pendant que presque tous mes trains sont sur les modules de montagne, ma gare de Baden-Baden est presque vide alors que ma gare de marchandise va bientôt se remplir avec un premier train qui vient de débrancher.

 


 

01.01.2014

 C’est reparti sur les modules de montages, après un an d'arrêt ou vous avez pu suivre les travaux sur les modules d'Intschi.

Il est grand temps de poser les 4 entrées de tunnels qui sont sur la rampe menant à un ailleurs, quelque part en Autriche, en Allemagne, ou en Italie. Autant de destinations qui permettront de faire circuler de nouvelles rames internationales Innocent

La sortie du premier hélicoïdal côtoie la dernière entrée de tunnel qui conduit à une gare cachée à deux voies et qui est aussi la fin de cet « os de chien ». Le papier est posé et va bientôt recevoir sa première couche de plâtre. Ce n’est pas beau, mais si vous me suivez depuis un moment, vous savez que ça va pas mal changer Clin d'œil

Le dernier hélicoïdal est assez court pour qu’un long train de marchandise arrive à se croiser lui-même, sur un dernier pont en cours de réalisation. Une entrée de tunnel en tranchée, alors que sa sortie, adossée à la montagne est ajourée par 3 arches. Je n’avais jamais essayé ça, c’est le moment de me lancer. Sourire

Le dernier pont, fortement inspiré de celui du Bietschtal et dont vous avez pu suivre la construction, est maintenant en position. Il a encore du boulot pour réaliser les culées. Que du bonheur Langue tirée

 

 

 


 

10.07.2014

Le plâtre arrive enfin sur les modules de montagnes.

Une première couche de quelques milimètres est posé sur le papier durci à la colle blanche.

Une seconde couche de plâtre, plus épaisse, est posée sur les endroits où je souhaite tailler du rocher.

Quand j’ai un peu de temps, je donne quelques coups de cutter, en passant. Le rocher apparaît tranquillement.

 

 

 

 

 


 

05.10.2014

J’ai enfin terminé la taille de cette partie de la paroi. Il faut bien l’avouer, en travaillant un peu, quelques soirs par semaine, ça n’avance pas vite, mais c’est toujours mieux que rien. Clin d'œil

 

Evidemment, quand on a terminé la taille, on a très envie de voir les rochers se révéler, grâce à un premier lavis de noir très dilué.

Il n’y a plus qu’à laisser sécher avant les prochains lavis. Les entrées de tunnels ont l’air un peu moins bizarre, maintenant qu’elles commencent à se fondre dans le décore.

 

 


 

16.10.2015

Heu… un an depuis la photo précédente… j’ai dû faire mes modules de montagne trop grands !

Pose d’une première couche d’herbe sur les zones plates dans la paroi rocheuse.


 

Le ballast étant posé de ce côté, je peux aussi y mettre une première couche d’herbe.

Côté gauche du module, le paysage étant plus vallonné, j’ai pu avancer un plus rapidement. Ballast, herbe et les premiers arbres d’automne.

N'ayant plus de Zeechium, il va me falloir à nouveau patienter!

J’en profite pour faire circuler ma dernière acquisition :-)

Cette partie du module commence à avoir une allure sympathique ;-)

Les niveaux zéro et un sont maintenant ballastés.

La petite gare en courbe que j’avais imaginée en 2008 prend forme, enfin !

 

 

 

 


 

La suite dans le chapitre "les montagnes"

 

Date de dernière mise à jour : 20/11/2015