Un pont inspiré du Bietschtal

En juin, je vous présentais le petit pont que mon ami Marc avait réalisé, en s’inspirant du fameux pont du Bietschtal. Voir l’article : Un pont nommé désire

Evidement, je ne pouvais pas rester insensible à cette belle réalisation et ne pas demander à Marc si il pourrait en faire une version, un peu plus grande, un peu plus complexe et à double voies. L’objectif avoué étant de l’installer sur ma maquette principale.

 

 

Après bien des heures passées sur son ordinateur, les modifications demandées étant plus complexes qu’imaginés, le résultat de son travail apparaît à mes yeux de modéliste aussi heureux qu’un enfant qui vient de recevoir son cadeau de noël Surpris

 

 

L’originale comporte un corps de pont en un seul morceau pouvant accueillir deux voies. Ce qui sera le cas lorsque la ligne sera doublée.

La variation demandée à Marc est plus complexe que l’original puisqu’elle l’a obligé a revoir complètement son modèle pour en faire deux structures simple voie accolée mais avec un seul axe central.

Pas chiant le client !!! Innocent

Ensuite, il suffit de poser les différentes pièces du puzzle sur une surface de plexiglas de 1mm d’épaisseur et de découper le tout au laser.

Quelques jours plus tard, j’assemble les pièces à la Pattex Ultra Gel.

J’adore ces structures complexes Sourire

Y a plus qu’à peindre, mettre des barrières et puis encore un détail… faire tout le paysage qui va autour !!! Langue tirée

 Mais c'est une histoire que je vous raconterai une autre fois Bouche cousue

 

 


 

17.11.2013

C’est parti pour la peinture. Pour que l’acrylique tienne sur du plexiglas, il faut tout d’abord, mettre un primaire. Je mets deux couches de primaire Tamia. J’en ai profité pour faire en même temps les deux ponts que Marc a modélisés.

Ensuite application de peinture rouille Italeri « Flat Rust » dilué à 50% avec du thinner de la même marque. J’ai essayé de dilué avec d’autre thinner, mais le résultat n’est pas bon !

Le tout, pulvérisé avec mon petit aérographe de débutant. Il a un gros défaut, il faut s’arrêter toutes les 5 secondes pour que la pression remonte. Mais bon, pour l’utilisation que j’en fais, ça peut aller.

Et voilà le résultat, avec un pont momentanément posé sur des boites de wagon ;-)

Devant, le pont en pierre est un peu massif. Je me demande si je ne vais pas refaire la partie centrale, tout en métal ;-)

 

 


 

21.12.2015

Aaaarrrgggg !!! 25 mois depuis la mise en place de ce pont sans que rien ne se passe… On ne parle que du pont, on est d’accord ;-)

Bon, il est grand temps de lui construire des culées avec une recette qui a déjà fait ces preuves. Prenons de la texture de mur.

Un petit crobar pris sur le terrain.

Découpe, avec un scalpel bien affuté, des morceaux de mur et anglage à 45°, pour leurs assemblages.

Un zeste de col sans solvant et le tour est joué.

Si vous utilisez de la colle avec solvant ça marche aussi, mais faut laisser plus de matière car la colle attaque joyeusement le polystyrène.

Mise en place de la culée que je cale avec des petits morceaux de bois.

Découpe du profil des futurs parois dans des restes de peuplier.

Pose du papier à la colle blanche

Heu… on est d’accord, on enlève le pont et les culés avant cette dernière opération, sous peine de mettre de la colle partout sur les culées ;-)

 Allez, hop, une petite circulation.

S’agirait pas de mollir sur le potentiomètre de l’ECOS 2 ;-)))

Et puis ça enlève la poussière sur le réseau :-)

 

 

 


 

29.12.2015

J’attaque la réalisation des rochers autour du pont.

Comme d’habitude, une première couche de plâtre pour durcir le papier et une seconde avec plus d’épaisseurs et un semblant de relief.

Puis je créer des formes de rochers, avec plus ou moins de réussite…

Et je finis avec des coups de cutter plus ou moins aléatoirement.

Jamais facile de faire deux fois la même chose. On voit bien la différence entre la nouvelle et l’ancienne partie.

Deux lavis de gris et de brun plus tard, ça prend forme :-)

Va me falloir encore quelques lavis pour essayer d’améliorer ça. Et si il y a une chose dont je suis certain, c’est que la peinture et moi, ça fait deux !

Mise en herbe. Opération qui va beaucoup plus vite que la taille des rochers !

Après remise en place du pont, une petite circulation.

Eh bien voilà la zone de rocher autour du pont terminée. La prochaine étape sera la pose des fourrés et des arbres, mais avant je vais aller finir les rochers à l’extrême gauche des modules de montagnes avec la réalisation d’une galerie couverte.

Date de dernière mise à jour : 29/12/2015