Construction des deux modules de montagne, avant et arrière.

Avril 2008

 

Remplacer la maquette des 1000 et une erreurs par deux nouveaux modules construits avec l’expérience acquise durant ces 15 dernières années me trottait dans la tête depuis un bon moment.

 

Le cahier des charges :

-          Voies transalpine.

-          Belles courbes.

-          Pas de rayon inférieur à 220mm.

-          Pas de pente supérieur à 2.5 %.

-          Fonctionnement en boucle de retournement.

-          3 niveaux.

-          Deux petites gares de village.

-          Séparation scénique entre l’avant et l’arrière.

-          Deux modules pour faciliter le travail sur le paysage.

-          Voie Peco code 80.

-          Caténaire., probablement Sommerfeld

 

Ça donne le plan ci-dessus, fait avec Raily 2.

Avril 2008

 

Voilà à quoi cela pourrait ressembler, une fois les montagnes mises en place.

Décembre 2008

 

Mais tout d’abords, il a fallu démonter la maquette des 1000 et une erreurs.

Une fois cela terminé, place au futur !

 

Les bases des modules :

-          Une planche en Peuplier de 4mm x 61mm x 220mm.

-          Lattes longitudinales et latérales de profil 24mm x 44mm.

 

Temps d’assemblage : Une demi journée. C’est rapide et solide, alors ?

Décembre 2008

 

Les supports des modules :

-          Etagères de rangement pour la cave, de chez Ikea, coupés à la bonne hauteur et terminés par des lattes de profil 24mm x 44mm.

-          Madame est contente par ce que ça fait des places de rangement et Monsieur aussi parce qu’il peut agrandir sa maquette.Rigolant

Décembre 2008

 

Fixation entre module :

-          Plaque de MDF de 13mm d’épaisseurs vissée et collée à l'extrémité du module.

-          2 perçages au diamètre de 10mm

-          Ecrou à ailette et boulon M10.

-          Ici, les boulons sont des bases de pieds de table.

Janvier 2009

 

Les rails de la première boucle de retournement sont posés. C’est le niveau 0 (zéro) du module. Les courbes sont principalement faites en coupon standard Peco R1, R2 et R3 puis reliées par du rail flexible.

Cette partie ne sera pas visible. J’en ai donc profité pour rajouter une voie supplémentaire permettant de stocker un train.

Cette boucle étant à cheval sur le module avant et arrière, les rails seront coupés à la jonction entre les deux modules, d’où la nécessité de souder ceux si, avant de les couper.

Janvier 2009

 

On voit ici, plus en détail, la soudure des rails avant découpe, qui ne se fera qu’une fois les piliers du support de voie posées à la bonne hauteur et définitivement fixés.

Pour info, nous utilisons cette méthode sur le réseau des 4 saisons depuis 5 ans et aucun souci à déplorer après 10 transports, montages et démontage.

Janvier 2009

 

Pose et câblage des moteurs d’aiguillage Peco. A faire avant de fixer définitivement la voie. C’est plus confortable.

Janvier 2009

 

La voie est ensuite installée sur des piliers de 30mm de haut. C’est le minimum pour que la tige du moteur Peco ne touche pas le sol.

Janvier 2009

 

Le niveau zéro remonte doucement depuis la boucle de retournement jusqu’à une petite gare, sur le module arrière, puis c’est la connexion sur le module précédent.

 

Les virages en rayons R1 et R2 ne seront heureusement pas visibles.

Janvier 2009, ça y est, la première boucle est connectée aux modules de l'été et inaugurée avec la V150 de FMR Prod. Quel plaisir :-)

Janvier 2009 :

Le niveau 0 à l’avant et la gare de 4 voies, au niveau 1, à l’arrière, sont posés, ce qui me permets de faire déjà tourner quelques compositions. C’est que ça manque vite ce petit plaisir ! Embarassé 

Je me lance dans la réalisation du niveau 1 de l’avant, qui sera constitué d’une petite gare à 3 voies, toute en courbe, pour l’arrêt des omnibus, qui redescendront discrètement au niveau 0, par une boucle au centre de la maquette.

C’est bon, vous suivez ? Non décidé Sinon, retourner voir le plan, au début de cette rubrique. Sourire

 

Janvier 2009 :

On y voit un peu plus clair sur la petite gare du module avant. Les voies sont posées et les aiguillages câblés. Ce sera le départ d’une fameuse rampe qui sera composée de 5 tunnels et au moins 2 ponts, ou un peu plus si je suis courageux.

Janvier 2009 :

Les rails permettant le fonctionnement « en ovale » de tous les modules sont posés.

Quelques essais pour vérifier que tout fonctionnent correctement et cette partie est validée.

Ces deux bouts de lignes ne seront empruntés que par des omnibus.

Nous allons pouvoir passer au gros du boulot. La ligne de montagne, proprement dit, qui conduira au tunnel final permettant de passer vers un « ailleurs », simulé par une boucle de retournement incluant une gare cachée à deux voies.

Janvier 2009 :

Pose de la première difficulté du parcours de montage. Une hélicoïdale qui vient se positionner au dessus du niveau zéro et un. Les rails sont en coupons de voie R1 et R2 Peco code 80. J’ai définitivement abandonné l’utilisation de rail souple pour ce genre de courbe très serrée. Il n’y a pas beaucoup de place si je veux respecter mes rampes de maximum 2,5%, mais ça passe tout juste. Dans cette courbe, la pente de 2,7% reste très proche de mon cahier des charges. Un train composé de 6 wagons voyageurs passe sans problème. La sortie descendante de cette hélicoïdale amène les trains dans la petite gare tout en courbe. Ici, la pose des voies est terminée et on imagine déjà le fort trafic qui traversera cette zone.

Mars 2009 :

 

Heu… oui! Oups… j’ai pris un peu de retard. Un blocage psychologique sur cette entrée de tunnel. Après avoir posé du bois et des rails pendant des semaines, fallait que je me remette à poser un peu de ballast avant de pouvoir continuer la pose de l’hélicoïdale. Je n’avais vraiment pas envie de me remettre à étaler, au pinceau, des petits grains de sable et d’injecter des gouttes de colle à la seringue. Pffff… c’est con, parce que ça ne m’as pris que 30 minutes, départ / arrêté ! Embarassé

Mars 2009 :

Ahhh, les erreurs ! Ce ne serait même pas drôle si il n’y en avait plus.

Bon, celle là, elle était pourtant prévisible tellement le sujet a été abordé de multiples fois et depuis de nombreuses années. Mais que voulez-vous, on ne se refait pas. Clin d'oeil

Bref, ici, une courbe et une contre-courbe. C’est beau, mais…

Mars 2009 :

Lorsque mes nouveaux wagons voyageurs arrivent à cet endroit… oups En pleurs

Pfff, ben vi, tout le monde sait qu’on ne fait JAMAIS de contre-courbe avec des rayons serrés. C’est triste de faire encore ça après 15 ans de modélisme… Déçu

Un seul remède. Supprimer un bout de la courbe pour la remplacer par un bout de droite.

Mars 2009 :

 

Ce n’est pas encore génial mais c’est suffisant pour éviter tout problème futur. Heureusement que cette transition sera dans un tunnel.

Mars 2009 :

Evidement, avec un train de marchandise il n’y a aucun problème…Innocent

Nouveau demi-tour à l’autre bout, sur le module du coin. Mais là, il va falloir modifier le paysage existant. Aller hop. Un coup de gros œuvre. Courage !

Houps… Là, ça fait un peu trop Montagne Russe !

Bon. Et si je taillais un peu dans la montagne ? Nan, ce n’est pas encore ça. La voie est toujours trop en avant du tunnel. Non décidé

Finalement, j’ai du raser la pointe pour que la voie ne dépasse pas de l’entrée du tunnel de dessous. Il ne me restera plus qu’à faire un mur de soutènement ou un pont en arche…

Avril 2009 :

 

Ça grimpe toujours ! Dernière ligne droite puis le demi-tour avec sa gare cachée et tous les rails seront posés.

Les sectionnements entre les deux modules me prennent du temps, mais je crois que le jeu en vaut la chandelle, lorsqu’il s’agira de passer au décor.

26 Avril 2009

 Ce week-end, j'ai mis le paquet ! Je voulais absolument terminer la pose de la voie et faire circuler des trains sur l'ensemble des 8 modules. C'est chose faite. Tout n'est pas encore complètement fixé. Et pour cause, l'emplacement exact des ponts reste encore à finaliser. Mais bon, ça roule à vue pour l'instant. Le système de bloc n'étant pas encore posé.


Décembre 2009

 J'ai attaqué la pose des ponts sur le module de montagne. Ici, le dernier et le plus haut, sur la rampe menant à la gare cachée du sommet et qui est une reproduction simplifié du pont d'Intschireuss.

Au niveau de la gare, il s'agit de 3 petits ponts qui enjambent une future gorge très étroite.

Il manque encore un pont tout en bas qui sera probablement en béton et un second au milieu de la rampe, en pierre. Le but étant de réaliser ces deux ponts courant Janvier 2010.

 


Février 2010

La pose des deux derniers ponts de la face avant est effectuée.
Tout en bas, un kit Kibri 7668, raccourci en hauteur, au niveau des culés puis repeint. Les trois autres étant décrit dans la rubrique « Les ponts et tunnels ».

Les ponts sont placés à une hauteur de 3cm, 10cm, 22cm et 31cm par rapport au plancher du module.

La suite dans la rubrique paysage des modules de montages.

Date de dernière mise à jour : 01/01/2014